Pas encore enregistré ? Par ici soldat !
Revenir à la page d'accueil
        Cliquez ici pour vous connecter      Moteur de recherche TOW     Tournois Time Of War
Revenir à la page d'accueil
    . : [E]n 2 mots : .
     Time Of War
     EAP/Westwood
     La série Tiberium
     Renegade
     La série Alerte Rouge
     Generals
     La Terre du Milieu
 
    . : [S]ections : .
     Base de connaissances
     Carte des joueurs
     Créations de fans
     Mailing list
     Images
     Mods
     Replays
     Solutions
     Stratégies
     Téléchargements
     Liens/Partenaires
 
    . : [D]ossiers : .
     Command & Conquer
     Soleil de tiberium
     Guerres du Tiberium
      +Kane's Wrath
     Crépuscule de Tiberium
     C&C Renegade
     Tiberium
     Alerte rouge 1
     Alerte rouge 2
      +La revanche de yuri
     Alerte Rouge 3
      +La Révolte
     C&C Generals
      +C&C Generals Heure H
     La Terre du Milieu
     La Terre du Milieu 2
      +R. Of The Witch King
 
    . : [L]a boutique : .
     La sélection TOW
 
    . : [L]es forums : .
     La série Tiberium
     La série Alerte Rouge
     Generals / Heure H
     La Terre du Milieu
     Time Of War
 
    . : [A]ffiliés : .
     CnC Europe
     CnCGenerals World
     CNCNZ
     Jeux Flash
     Jeux Stratégie
     Jeux Video
     Site Des Clans
     TGames
     Tom Baxa
     Xpert
     Jeux Cherche
    Tom's Games
     War Of Generals

© Jios // Kloobik.com

 
 
 
Les fan fictions
Les fan fictions  


. : [C]ontenu : .
 

LE DEBARQUEMENT D’ESTONIE

Base du GDI à Helsinki, en Finlande

Dans la salle de briefing, tout le monde était impatient. Le général Salomon était assis à son bureau, feuilletant des dossiers tout en jetant de temps en temps des coups d’œils circulaires dans toute la salle. Tout à coup, l’écran géant au mur sud de la salle s’alluma et on put voir l’image d’un soldat dans son uniforme jaune, avec un vaisseau derrière.

« Le commandant Thompson est arrivé. Il sera au briefing dans 5 minutes ! »

Quelques minutes plus tard, le commandant Thompson entra dans la salle de briefing, enleva son manteau en cuir et le posa sur le dos d’une chaise avant de s’asseoir. Le général Salomon commença alors son briefing.

« Bien. Si vous êtes réunis ici, c’est parce que le Nod va trop loin. La confrérie a dépassé les limites. Avec ce fou de Kane à sa tête, le Nod possède des territoires partout dans le monde… Maintenant, nous allons contre-attaquer. Contre-attaquer, ce n’est pas envoyer un commando sur une petite base. C’est préparer et mettre sur pied de minutieuses opérations visant à détruire la confrérie. L’Europe est un des continents ou le Nod est de plus en plus présent. Le GQ principal du Nod se trouve en Bosnie-Herzégovine. On ne peut pas envoyer directement plusieurs bataillons ou armées là-bas, car la Bosnie est l’un des nombreux territoires du Nod et est entourée de pays biens défendus par le Nod. Nous devrons donc déloger le Nod, pays par pays, de ce continent, avant de l’en éradiquer des autres ! Le commandant Thompson s’est porté volontaire pour mener la bataille en Europe. C’est maintenant lui le chef des opérations et c’est lui qui décide de tout ce qui se passe pendant ces opérations. Je vais vous présenter la première opération de contre-attaque. Nous avons trouvé un pays dirigé par le Nod qui n’est pas très bien défendu et qui est facilement pénétrable. Notre choix a été porté sur l’Estonie. De notre base en Finlande, nous pouvons envoyer des hovercrafts débarquer sur les plages Estoniennes. Il y aura plusieurs envois de renforts, chacun étant séparé du précédent de quelques dizaines de minutes. Lorsque vous, soldats, débarquerez sur les plages, il y aura des batteries de lances-missiles qui pourraient gêner la construction de votre base. C’est pour cela que le commandant Carter, de la marine, s’est porté volontaire pour détruire ces batteries pendant votre débarquement et la construction de votre base. Un fois que vous aurez quitté la plage, le commandant Carter et ses navires de guerres ne pourront plus rien pour vous. Vos objectifs sont de construire une base et d’éliminer toutes les unités du Nod dans le secteur. Une fois cette mission terminée, je vous contacterais. Maintenant, il est l’heure de monter dans les hovercrafts. Ah, oui, j’oubliais : le premier hovercraft sera chargé d’un VCM et de 6 mitrailleurs, le deuxième de 2 tanks, le troisième de 9 mitrailleurs et le quatrième d’un tank. Bonne chance. Je dois maintenant partir. Les hovercrafts partent dans 15 minutes. »

Le commandant Thompson se leva et ordonna à son équipe de le suivre.

Les hovercrafts étaient prêts, les hommes, les tanks et le VCM dedans. Un gradé donna un coup de sifflet et les premier hovercraft partit en direction de l’Estonie, avec à son bord le commandant Thompson. Après une dizaine de minutes, les côtes furent en vue. Puis un bâtiment de guerre se découvrit. Le hovercraft se rapprochait des côtes et le navire tira deux missiles. Ils allèrent s’écraser sur une batterie de lance-missiles. Le hovercraft s’arrêta et les hommes purent en descendre. Les batteries étant occupées à essayer de détruire le navire, la base pouvait être construite en toute sécurité. Erwan Thompson alluma sa radio et contacta le conducteur du VCM. " Déployez le VCM et construisez-moi une centrale électrique." Pendant que Erwan Thompson envoyait ce message, deux unités ennemies s’approchèrent du VCM. Thompson se retourna et tira. Les tirs touchèrent une unité ennemie, la blessant mortellement. L’autre s’était cachée derrière des arbres. Des mitrailleurs rejoignirent Erwan et ils avancèrent. L’unité ennemie tira quelques balles, mais visa mal. Tous les mitrailleurs tirèrent. Le soldat ennemi tomba à terre et mourut. La radio d’Erwan grésilla. "Le VCM est déployé, nous sommes en train de construire la caserne. " Erwan se retourna et découvrit un centre de construction à la place du VCM.

« Bien. Nous allons partir en éclairage. Quand l’envoi de renforts arrivera, dites-leur de partir à la découverte du terrain.
- Bien compris, mon général !
- Maintenant, suivez-moi, dit Erwan à l’intention des mitrailleurs. »

Ils avancèrent dans la broussaille et dans la forêt sans voir d’unités ennemies. Un mitrailleur avertit l’équipe.

« Regardez ! Droit devant ! Une dizaine d’unités ennemies ! Ce sont des lances-roquettes. Nous pourrons les tuer facilement !
- Juste ! Allons-y et tuons-les ! »

Ils coururent vers le groupe ennemi qui venait de les remarquer. Ces derniers armèrent leurs lances-roquettes et visèrent. Mais les mitrailleurs furent plus rapide et massacrèrent les lances-roquettes. Un bruit de moteur se fit entendre derrière eux. Ils se retournèrent pour découvrir deux tanks blindés. Un homme dévissa la sas et passa la tête dehors.

« Nous faisons partie des renforts. Neuf mitrailleurs devront bientôt arriver. La centrale est construite et nous attendons vos ordres.
- Suivez-moi. Contactez la base et ordonnez-leurs la construction d’une caserne. Et dites-leur de m’avertir la prochaine fois que les renforts seront arrivés !
- Roger. »

L’homme rentra dans le blindé et ferma le sas. Pendant qu’ils parlaient, deux unités ennemies arrivèrent par derrière. Le deuxième tank tira un obus qui éclata à quelques mètres des soldats. Tout le monde se retourna, tira. Les deux ennemis moururent, mais blessèrent une unité du GDI. Erwan contacta un tank : "On a un blessé. Prenez-le dans le char et faites-lui les premiers soins. On s’occupera de lui dans une dizaine de minutes, à la base." Le sas du blindé s’ouvrit, un homme en descendit et prit le blessé. Au loin, on pouvait apercevoir une route. Sur cette route roulait à très grande vitesse une moto du Nod, avec à son bord un soldat armé d’une MP-5. Les chars tirèrent et les obus éclatèrent à côté de la moto. Les mitrailleurs tirèrent sur la moto, mais la moto possédait un pare-brise en verre renforcé. La moto arriva à leur hauteur et le pilote tira. Il rata tous ces coups et ce fut au tour du GDI de riposter. Les chars tirèrent encore et firent sauter la moto . Le pilote eu le temps d’en descendre, mais les hommes du GDI mirent fin à sa vie. Erwan reçut un message : la caserne était construite.

« Entraînez-moi une dizaine d’unités et faites-leur parcourir la plage à la recherche d’unités ennemies.
- Bien, les neufs mitrailleurs viennent d’arriver.
- Donnez-leur le même ordre.
- OK »

Une fois les blindés et les mitrailleurs partis, une unité ennemie surgit de derrière un arbre, prenant Erwan par surprise. Le mitrailleur du Nod lui ordonna de déposer son arme par terre, ce que fit Erwan sans attendre.

« Je crois que tu vas avoir des problèmes. Tu as tué 2 officiers gradés du Nod. Kane te punira lorsque je te le présenterai. Quand à moi, il me récompensera. Maintenant, je vais t’assommer et tu vas faire de beaux rêves. Quand tu te réveillera, Kane sera devant toi ! Tu auras intérêt à avoir bonne mine ! Prend ça, sale traître du GDI , dit-il en frappant Erwan. Le Nod ne veut que la paix ! Mais les insectes comme toi se mettent sur notre chemin ! Et les insectes, je les écrase ! Tu n’es qu’un insecte !
- Répète pour voir… »

Un mitrailleur venait d’arriver et tenait en joue le soldat du Nod.

« …
- Répète !
- Vous n’êtes pas es insectes !
- Pitoyable. »

Il tira. La balle fila tout droit et alla s’enfoncer dans la tête de l’unité du Nod.

« On a eu chaud, hein, chef !
- Ca, tu peux le dire ! Pourquoi es-tu venu ?
- J’ai un message du GQ du GDI pour vous. Vous devez quitter la plage et avancer jusqu’à la base ennemie… près de la capitale. »

LA BATAILLE DE PARNU

Le commandant Thompson et ses soldats traversèrent le pays et délivrèrent une centaine de villes et de villages. La capitale Estonienne, Tallinn, avait été, elle aussi, libérée de la tyrannie du Nod par les forces du GDI. Tandis qu’Erwan Thompson marchait, sa radio grésilla. Il la décrocha et écouta :
« Ici le général Salomon. Etes-vous Thompson ?
- C’est bien moi. Qui vouliez-vous que ce soit ?
- Bien, je suis content que vous ayez survécu à votre offensive. Les forces du Nod sont pratiquement délogées du pays mais il y a de la résistance dans la région de Pärnu. Rendez-vous là-bas et anéantissez les troupes restantes. Vous êtes bien à Tartü, maintenant ?
- C’est exact.
- Un VTB va bientôt arriver à Tartü. Il vous amènera directement dans la région de Parnü. La-bas, nous avons des casernes mais elles sont en très mauvais état, car les bombardements du Nod ont été très intenses, ici. Vous recevrez l’appui d’un VCM pour construire une base. Faites donc et tuez-les tous ! Bonne chance, Thompson.
- Merci ,j’en aurai besoin. »
Il éteignit sa radio et gueula :
« On va recevoir la visite d’un VTB qui va nous emmener à Parnü. On lève le camp, on range tout et on attend. »
Une demi-heure plus tard, un VTB arriva, s’arrêta. La porte à l’arrière s’ouvrit, et Thompson et ses soldats entrèrent dedans. Le conducteur les emmena à destination en un temps record.

Casernes du GDI, région de Pärnu, Estonie

Quand les soldats arrivèrent sur place, les casernes étaient effectivement en mauvais état. La façade est était en ruines, toutes les vitres du bâtiment étaient par terre, mais heureusement, un VCM viendrait bientôt établir une base. Pendant que les mitrailleurs inspectaient les casernes, une douzaine de soldats ennemis arrivèrent en courant. Ils se couchèrent, observèrent les positions des soldats du GDI et tirèrent. Un mitrailleur fut atteint dans le dos. Tous les soldats se retournèrent, et levèrent leurs armes. Les balles fusèrent dans tous les sens, mais les mitrailleurs du Nod furent rapidement morts. On dénombra deux morts du côté du GDI.
« Qui sont les morts, demanda Thompson.
- C’est Alex et Georgio.
- Transportez-les derrière la caserne leur ordonna Thompson.
- Qui se désigne pour porter les corps ?
- Bon, alors, laissez-les là. On va pas se faire chier pour deux cadavres. On a une mission ! Vous deux, vous partez devant, en éclaireurs. Dès que vous voyez la base ennemie, vous jouez pas aux héros ! Vous revenez ici pour nous en indiquer la position. C’est compris, demanda Thompson à deux soldats de sa division.
- Bien compris, chef. Si on rencontre une patrouille ennemie, on fait quoi ?
- Ce que vous voulez mais faites en sorte de revenir vivants. Bonne chance… »
Les deux soldats coururent en avant, un doigt sur la gâchette. Tandis que Thompson regardait ces deux braves soldats, un mitrailleur s’avança vers lui.
« Chef ! Chef ! Regardez ! Le VCM arrive ! »
Effectivement, le VCM arrivait, en hovercraft, accompagné de trois ingénieurs. Le Véhicule de Construction Mobile était neuf, et les bandes jaunes du GDI ornaient sa carrosserie blindée.
« Cool, des ingénieurs…, murmura Eric, le baraqué du groupe »
Le VCM, avec les ingénieurs, avancèrent vers les hommes. Une tête dépassa du sas du VCM et se tourna vers Thompson.
« Sergent Falcon. Je suis heureux de faire cette mission avec vous.
- De même. Déployez le VCM, et entamez la construction d’une base. Une centrale, une caserne et quelques murs suffiront.
- C’est compris. »
Une heure passa, mais les éclaireurs ne revinrent pas. Super ! Ils se sont faits shooter ! pensa Thompson.
« Bon. On y va. Suivez-moi. »
Ils avancèrent, les ingénieurs derrière eux, se demandant si il fallait attendre ou les suivre. Ils coururent dans la forêt sans rencontrer d’obstacles. Les arbres avaient été coupés par les hommes du Nod pour que l’on puisse se frayer une chemin dans la forêt. Là, ça va se corser, pensa Thompson.
« Six soldats devant nous et il doit en avoir d’autres ! Je crois qu’on a trouvé la base ennemie. En tout cas, elle doit pas être loin. On y va, gueula Thompson à ses soldats, qui se mirent à courir comme des dératés. Ils firent des roulades et tirèrent. Les soldats choisis pour cette mission étant les meilleurs soldats du GDI, ils ne manquèrent pas leurs coups. Les ennemis crièrent de douleur, tirèrent n’ importe où avant de lâcher leur dernier souffle.
« Bon sang ! Ils on dû déclencher l’alerte !
- On y va ! »
Ils pénétrèrent en plein dans la base ennemie. Des murs l’entouraient mais il y avait une entrée, et pas de tourelles pour les accueillir. Devant eux se trouvaient une raffinerie de tiberium, deux silos, une centrale électrique et un chantier de construction.
« Les ingénieurs, vous prenez la raffinerie, les casernes, et le chantier de construction. Les hommes du GDI tirèrent. Les soldats du Nod, alertés, se ruèrent sur leurs ennemis, sans se soucier des ingénieurs qui couraient. La fusillade fut impressionnante, et les pertes furent importantes des deux côtés. Les ingénieurs, eux aussi, avaient une mission. Le premier courut vers la raffinerie, entra dedans. Le deuxième courut vers le chantier de construction, et entra. Le troisième se fit repérer puis descendre. Plusieurs soldats ennemis s’avancèrent. En vérité, ils furent plus nombreux. Ce fut un massacre. Les corps des défunts soldats du GDI traînaient par terre, mais Thompson eut le temps de se réfugier dans la raffinerie. Il sortit sa radio et régla la fréquence de la caserne.
« J’ai besoin de renforts ! J’ai besoin de renforts immédiatement ! je suis dans la base ennemie, au nord de votre position. Je vous transmets les coordonnées. Thompson étudia la base ennemie par une fenêtre. Quelques soldats armés de bazookas tirèrent sur les murs blindés de la raffinerie. Des morceaux de pierre et de métal volaient dans tous les sens. Les employés de la raffinerie, qui ne savaient pas que les informations qu’ils entraient et que le tiberium qu’ils traitaient allaient directement dans les poches du GDI, ne comprirent pas pourquoi les soldats du Nod les attaquaient. Une quinzaine de minutes plus tard, un bataillon entier de mitrailleurs se déversa sur la base ennemie. Thompson descendit rapidement les escaliers de la raffinerie et se rua dehors. Il courut vers les mitrailleurs et tira. Les balles le frôlèrent, des roquettes atteignaient de plein fouet les mitrailleurs du GDI, faisant voler de la chair et des os brisés. Deux chars entrèrent dans la base et tirèrent leurs obus, tuant des bataillons entiers de bazookas. Thompson vida son chargeur sur un soldat qui courait vers lui.
Quel con… pensa-t-il.
Il rechargea rapidement son M-16 et activa la visée laser. Il visa les jambes à un soldat. Ce dernier tomba à terre en se tordant de douleur. Il visa un autre soldat. Le point rouge était pointé sur son cœur, mais il fit une roulade au dernier moment, afin d’éviter une rafale de mitrailleuse. Les chars étaient passés à la mitrailleuse Gattling et décimaient les malheureux soldats du Nod.
La technologie de la paix… technologie de mon cul, oui ! pensa Thompson en abatant un soldat. Le champ de bataille s’était rapidement transformé en cimetière. Tous les hommes du Nod étaient morts, et un conducteur de char blindé contacta Thompson.
Thompson sortit sa radio une nouvelle fois, mais la régla sur la fréquence des chars.
« Il reste deux silos et une centrale électrique. Ces bâtiments sont à vous. Thompson, over. »
Les chars roulèrent en direction des bâtiments, et tirèrent tous leurs obus sur les bâtiments désignés, qui furent rapidement transformés en ruines.

Par Maxime.

 
 
. : [P]ublicité : .
 
 


. : [R]echerche : .
 

 


. : [L]es dossiers : .
 


Les unités et bât...
Les fan fictions
L'histoire
Jouer à CnC Gold ...
C&C: The First De...
C&C: Le monde ne ...
C&C: humour, eate...
C&C: 10 ans d\'hi...
10 ans de C&C: té...

 


. : [S]ections : .
 


Boutique
Dossiers
Downloads
Créations
Images
Solutions
Stratégies

 


. : [D]ownloads : .
 


Audio-video
Divers
Patch
Sauvegardes

 




Copyright © 1996-2005. Tous droits réservés.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur
Flux RSS jeux  Flux RSS général (news TOW, jeux, hors sujets)